accueil  / NOUVELLES
 

Discours du Gouverneur Jean Baden Dubois – Atelier sur la bonne gouvernance d’entreprise – Organisé par la Société Financière Internationale (Banque Mondiale) et la Banque de la République d’Haïti (BRH)



Honorables parlementaires,
Monsieur le Secretaire General de la Primature,
Monsieur le President de la Cour Superieure des Comptes et du Contentieux Administratif,
Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,
Madame le Représentant résident de la Banque Mondiale,
Monsieur le représentant du Fonds Monétaire International,
Monsieur le representant résident de IFC,
Messieurs les représentants des organisations internationales,
Mesdames, Messieurs les Maires de la zone métropolitaine,
Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux,
Mesdames, Messieurs les Représentants de l’administration publique,
Chers Collègues du Conseil d’Administration,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Distingués Invités,


Au nom du Conseil d’Administration de la Banque de la République d’Haiti, je tiens tout d’abord à souhaiter et à exprimer mes plus vifs remerciements à toutes les personnalités qui ont bien voulu répondre à notre invitation à cet atelier, pour débattre du thème : « Gouvernance », ce qui traduit votre intérêt pour faire avancer les choses.

Mes propos de remerciement vont également à l’endroit de tous ceux qui ont supporté l’organisation d’un tel atelier, nous voulons parler du Groupe de la Banque Mondiale.

Permettez-moi tout d’abord de situer un peu le contexte de cet atelier. La réflexion autour de la bonne gouvernance s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités institutionnelles et surtout de la volonté des dirigeants de faire de cette problématique la cheville ouvrière d’un état moderne et efficace.

L’environnement économique et social actuel caractérisé particulièrement par : une dégradation sensible du niveau de vie des ménages, une hausse des prix des produits de consommation de base, une récurrence des catastrophes naturelles et des chocs externes multiplie les défis auxquels l’Etat central se trouve confronté.

Malgré les efforts consentis et réalisés au sein des différentes institutions publiques et des collectivités territoriales, la question de la gouvernance est significative pour l’Etat.

Si les débats sur la gouvernance d’entreprise, synonyme de l’art de mieux gouverner, remontent aux années 30, ce concept se cherche encore en Haiti et la tenue de cet atelier traduit nos préoccupations.

Gérer les affaires économiques, publiques et privées grâce à des institutions, des mécanismes et des procédures connues, dans l’efficience et l’équité en vue d’un bien-être des individus et des collectivités. C’est là une définition de la bonne gouvernance.

Le développement d’Haiti passe par le renforcement de l’Etat et l’adoption de bonnes pratiques en matière de gouvernance. Cela exige un engagement politique fort des autorités qui doivent les expliciter et dégager les moyens nécessaires pour leur succès. Nous sommes convaincus que le renforcement des bonnes pratiques en matière de gouvernance des institutions haïtiennes contribuera plus efficacement à l’amélioration de leur performance et, partant, à l’essor économique de notre pays. Le renforcement des capacités des institutions est donc nécessaire.

Mesdames et Messieurs,

La gouvernance renvoie aux règles, pratiques et normes observées dans la gestion d’un pays. Une bonne gouvernance respecte les valeurs de transparence et d’éthique et se conforme aux exigences légales en vigueur dans le pays concerné. Une gouvernance saine et transparente exige donc des pratiques rigoureuses reposant notamment sur l’obligation de rendre des comptes à intervalles réguliers. Elle vise également à combattre la corruption, qui par essence contourne et travestit les règles établies.

Les règles font également appel à la responsabilité de tous à commencer par les dirigeants au plus haut niveau, notamment les Conseils d’Administration et, dans une certaine mesure, les Directions Générales.

Aussi, est-il important que les dispositions soient prises afin de s’assurer de la mise en place d’une politique nationale qui nécessitera une collaboration étroite entre plusieurs groupes d’intervenants, chacun avec un ensemble de rôles et responsabilités principales.

Mesdames et Messieurs,

Il est temps d’aligner nos visions du développement économique et social. La production de richesses et la création d'emplois sont des conditions prioritaires pour viabiliser les réformes déjà entamées et pour soutenir une relance économique durable. Ainsi, les mobilisations de ressources et les efforts qui sont consentis ne pourront pleinement réussir qu’avec une politique de bonne gouvernance.

Je voudrais terminer en vous invitant à tirer meilleur profit du présent atelier pour renforcer les dispositifs de gouvernance au sein de vos structures respectives.

Merci